> News du Creux-du-Van
 
> Béroche
> Chaumont
> Chasseron
> Col-des-Roches
> Jolimont
> Pouillerel
> Soliat
> Treymont
> Val-de-Ruz
 
> Accueil
 
> 100e de Treymont
 
> Amis de Treymont
 
> Sentier du réservoir

Club jurassien Club Jurassien Neuchâtelois

Chalet du Pélard

Section Pouillerel

Chalet de la section Pouillerel à La Chaux-de-Fonds

Altitude : 802 m
Présidente : Claudine Matthey

Emplacement : dans les Côtes de Doubs
Location :
Nous ne louons pas ce chalet. Seuls les membres de notre section peuvent réserver la ferme. Nous leur demandons de participer aux journées de travail afin de se familiariser avec les lieux.

Particularité : C'est une très vieille ferme, dont la date de construction n'est pas connue.
Elle est le dernier vestige d'un hameau semi-industriel disparu, en contrebas duquel se trouvait un moulin sur le Doubs.
Sans l'intervention du Club jurassien, elle aurait été détruite.
Une  première mention de la «Combe du Pella» est faite dans un acte du premier avril 1559.
Cette maison est louée par l'Etat de Neuchâtel depuis 1953 et la section doit en  assurer l'entretien.
Cette demeure est très rustique : pas d'électricité ni d'eau. Il y a une source à l'arrière de la maison.
Elle dispose d'une grande cuisine avec un immense tuyé, donc froide à l'année !! et une grande chambre-réfectoire.
Il n'y a pas de possibilité de dormir.
Elle n'est accessible qu'à pied.

Le chalet du Pélard Le chalet du Pélard
Le chalet du Pélard - cuisine Le chalet du Pélard - Cuisine

L'intérieur de Pouillerel

Ci dessus : La pièce principale du chalet


Louis Favre, dans "LE CHASSEUR DE FOUINES DE POUILLEREL" nous décrit délicieusement les environs :


Ainsi devisant, nous étions arrivés près du Signal. A ceux qui ont escaladé cette montagne, je n'ai rien à apprendre, mais à toute autre personne je dois dire que ce massif, qui élève sa tête arrondie entre le Locle, la Chaux-de-Fonds et les Planchettes, est un des plus curieux de notre pays. En effet, tous les accidents que l'on peut rencontrer dans le Jura semblent s'être concentrés dans cette région. Petits vallons ombreux, vastes pâturages où l'on marche légèrement sur un gazon élastique, fissures profondes, larges entonnoirs produits par des dislocations souterraines, marais étranges étalant leur tourbe et leur végétation boréale sur le sommet même de la montagne, contre toutes les notions généralement admises, escarpements grandioses dans le Val-de-Moron, enfin bassins et chute du Doubs, en voilà assez pour justifier la réputation du massif de Pouillerel.
La vue même que l'on a du Signal possède un cachet particulier; ce n'est plus le panorama immense de la Tourne ou du Creux-du-Van avec la plaine suisse, les lacs et les Alpes; le tableau est plus intime, et les vastes plateaux du Jura en font seuls les frais. C'est la Franche-Comté avec ses villages, ses cultures et ses forêts, qui prolonge ses ondulations de terrain jusqu'aux Vosges, dessinées à l'horizon par une légère teinte bleuâtre; une profonde coupure, qui rappelle les barrancas des Andes, et où le Doubs cache ses eaux sombres, sépare les plateaux comtois de ceux des Franches-Montagnes, où sont éparpillés, comme des points blancs, les chalets et les maisons de la Ferrière, des Bois et de la Chaux-d'Abel.
Toute cette scène, éclairée par un beau soleil d'été, animée par les troupeaux innombrables qui broutent les herbages parfumés, et dont les clochettes remplissent l'air d'une harmonie continue, a un charme pénétrant qui lui est propre, et l'on se rappelle avec émotion les moments de calme, de rêverie, de contemplation sereine que l'on a goûtés sur cette cime trop peu fréquentée.

 

 

Dernière mise à jour le 23.05.2017
Reproduction de tout ou partie du site et des documents qu'il contient interdite
© 2009 Club Jurassien Neuchâtelois - Section Treymont